Partagez | 
 

 les familles fondatrices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar


Voir le profil de l'utilisateur


http://verbis-diablo.forumactif.org
▽ RAGOTS : 93
▽ ARRIVEE EN VILLE : 21/08/2015
▽ LOCALISATION : aux enfers.
MessageSujet: les familles fondatrices Dim 8 Nov - 14:18
+1
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur


http://verbis-diablo.forumactif.org
▽ RAGOTS : 93
▽ ARRIVEE EN VILLE : 21/08/2015
▽ LOCALISATION : aux enfers.
MessageSujet: Re: les familles fondatrices Dim 8 Nov - 14:23
Moore Family
la fin justifie les moyens.
Installée à Willoville en 1672, les Moore sont les descendants d'une famille de petite noblesse anglaise ayant décidé de tout quitter pour faire fortune en Amérique. Depuis leur installation, les Moore n'ont eu de cesse de s'opposer à d'autres familles fondatrices, notamment les Hale et les Tourner, jusqu'à leur disparition. Une vieille histoire de famille opposait ces deux grands piliers de la communauté Willovilloise. Relégués au second plan politique jusqu'à la disparition des Turner en 1930, les Moore ce sont grandement rattrapés depuis : on compte dans l'histoire de la famille de nombreux maires, juges, avocats et même quelques politiciens de Caroline.

Les Moore sont connus pour leurs ambitions démesurées, leur soif de pouvoir et d'argent, leurs remarquables habilités politiques mais aussi pour un tempérament hautain et arrogant envers ceux qu'ils considèrent comme étant leurs inférieurs. Conservateurs attachés aux coutumes de la ville, les Moore ont énormément des difficultés à accepter les nouveaux arrivants ou même les familles n'appartenant pas au cercle très fermé des fondateurs. Il est inconcevable qu'un Moore puisse épouser une personne non-issue des familles originelles. Actuellement les Moore sont en opposition avec les Hale et les Weston, et ne possèdent pas de réels alliés à Willoville. Acteur majeur de la vie quotidienne, leur passé est trouble et entouré de faits inquiétants ou d'affaires irrésolues... Pas étonnant qu'on les craigne.

Aujourd'hui, la famille se compose de Jared Moore (1983-), actuel maire de Willoville pour la seconde fois et fils aîné de Richard Moore (1952-2005) décédé d'un accident cardio-vasculaire. Richard eut un second fils Kyllian (1990-), joueur émérite des Hemaskas. Veuf de Carole Moore (1955-1993), morte d'un cancer du sein, Richard se remaria à Scylla Riley (1975-) en 1998.
EXTRAIT DES ARCHIVES GENEALOGIQUES DE LA MAIRIE DE WILLOVILLE




Dernière édition par Verbis Diablo le Mar 10 Mai - 22:17, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur


http://verbis-diablo.forumactif.org
▽ RAGOTS : 93
▽ ARRIVEE EN VILLE : 21/08/2015
▽ LOCALISATION : aux enfers.
MessageSujet: Re: les familles fondatrices Dim 8 Nov - 14:30
Riley and Hale family
tout aujourd'hui, rien demain.
Riley et Hale sont très liés depuis plusieurs siècles. Arrivées en 1662, ces deux familles font partie du cercle très fermé des fondateurs de Willoville. Il ne fut pas rare de voir Hale et Riley se lier d'amitié au cours des siècles, consommer des amours voire même sceller des mariages... Contrairement aux Riley, les Hale se firent des Moore des ennemis. Très impliqués dans la vie de Willoville, et ce malgré la forte ascendance des Tourner, ils ont toujours su se faire apprécier de tous les habitants de l'île. Hommes et femmes de talent, on reconnaît aux Riley leurs grâces et leur beauté, comme étant des femmes et des hommes de cours, ayant de la conversation et une culture générale très approfondie. Quant aux Hale, plus des hommes et femmes de terrain, qui aident leurs prochains et servent la société à leur façon. À la disparition des Turner en 1930, les Riley et les Hale adoptèrent deux comportements différents. Les Hale s'imposèrent à Willoville à la manière des Moore, tentant leur chance en politique et réussissant à obtenir quelques mandats de maire. Quant aux Riley, ils s'exportèrent, quittant la ville pour gagner les grandes mégalopoles. Nombreux furent les Riley à faire fortune grâce à leurs talents artistiques ou à leur beauté.

C'est en 2008 avec le mariage de Rose Riley et Cole Hale que les deux familles finissent par s'unir pour de bon, liant propriétés et histoire par une union sacrée. Ces noces fusionnèrent les différentes possessions des deux familles, créant un véritable empire immobilier en patrimoine commun. Ce qui fit leur renommée par le passé est toujours ce que fait leur réputation d'aujourd'hui... Les Riley pour leurs atouts physiques et leurs charmes, et les Hale pour l’intérêt qu'ils portent à la communauté. Si beaucoup admirent leurs talents, d'autres en revanche trouvent à redire face à cette image parfaite et on entend dire que sous leurs façades lisses, ces derniers cacheraient des secrets et un passé sombre.

Aujourd'hui, la famille se compose de deux frères, Ezra Hale (1977-) gérant du funérarium de la ville, et Cole Hale (1983) l'actuel chef de service de la clinique de la ville, marié depuis 2008 à Rose Hale née Riley (1984) conservatrice du manoir Turner, et sœur cadette de Scylla Moore (1975) et de Keven Riley (1976), journaliste au Willowpost.
EXTRAIT DES ARCHIVES GENEALOGIQUES DE LA MAIRIE DE WILLOVILLE




Dernière édition par Verbis Diablo le Mar 10 Mai - 22:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur


http://verbis-diablo.forumactif.org
▽ RAGOTS : 93
▽ ARRIVEE EN VILLE : 21/08/2015
▽ LOCALISATION : aux enfers.
MessageSujet: Re: les familles fondatrices Dim 8 Nov - 14:32
lewis-gray family
la connaissance c'est le pouvoir.
Issues de deux époques différentes, ces deux anciennes familles sont réunies sous le même nom désormais. Les Gray sont une famille de lettrés venues s'installer en 1672 avec le reste des plus anciennes maisons de Willoville. Très amis des Hale, ils étaient également très apprécier des Tourner. Les Lewis eux arrivèrent en 1775 avec la vague d'immigrants fuyant la guerre civile. Clan militaires, nombre des Lewis tombèrent lors des différents conflits qui secouèrent l'Amérique. À l'unification du pays, les Lewis se reconvertirent en hommes de loi et autres chasseurs de primes. Par le passé ces deux familles n'avaient rien en commun hormis leur statut de fondateurs : les Tourner aimaient passer du temps avec les esprits qu'étaient les Gray tandis que les Lewis exécutaient les basses besognes de la justice. Si tension n'existait pas entre ces deux familles, un peu d'amertume en revanche était bien présente due au privilège des uns par rapport aux autres.

C'est peu avant 1930 que la situation se gâta puisque si les Gray abandonnèrent les Tourner dans leur tornade de débauche, les Lewis eux, la combattirent avec fermeté, s'attirant les foudres de la famille pionnière. Certains diront même qu'à l'incendie du manoir, l'inspecteur en charge du dossier était un Lewis qui décida de bâcler l'enquête par ressentiment. Avides de justice, d'équité et de vérité, ce sont ces qualités qui rapprochèrent finalement les Gray et les Lewis, et ce dans un remariage en 1990, unissant pour de bon ces branches vacillantes de l'Histoire de la ville.

Aujourd'hui la famille est constituée du professeur Wyatt Gray (1981-), du shérif adjoint Isobel Lewis (1986-) et du pharmacien James Lewis-Gray (1988-). Précédemment tous deux mariés, c'est à leur divorce que le père de Wyatt épousa la mère d'Isobel pour voir finalement naître James. Leurs parents sont décédés en 2000 dans un accident de voiture.
EXTRAIT DES ARCHIVES GENEALOGIQUES DE LA MAIRIE DE WILLOVILLE




Dernière édition par Verbis Diablo le Mar 10 Mai - 22:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur


http://verbis-diablo.forumactif.org
▽ RAGOTS : 93
▽ ARRIVEE EN VILLE : 21/08/2015
▽ LOCALISATION : aux enfers.
MessageSujet: Re: les familles fondatrices Dim 8 Nov - 14:34
white and johnson family
ordre et progrès.
Membre des familles fondatrices, les Johnson et les White sont pourtant arrivés bien plus tardivement. C'est en 1775 avec le début de la guerre d'indépendance que ces deux familles quittèrent leurs villes d'origine pour gagner une nouvelle patrie d'adoption. Par son caractère d’îlot, Willoville fut choisi pour sa sécurité, en effet, on caractérise l'esprit Johnson et l'esprit White d'une volonté à faire des choix judicieux et réfléchis. Ordre et progrès disaient-ils souvent : Progrès pour les White qui étaient issus d'une famille de des médecins, et ordre pour les Johnson, véritables dévots de la foi protestante.

Maintenues en retraits des affaires politiques de la ville, ces deux familles ne seront ni de lourds propriétaires terriens, ni même des acteurs politiques majeurs, pas même à la disparition des Turner en 1930. Néanmoins ils ne manquèrent pas de s'impliquer dans la modernisation de la ville : les Johnson furent notamment les créateurs de diverses associations qui jalonnèrent l'histoire de Willoville et les instigateurs de fêtes encore perpétuées aujourd'hui. Quant aux White, ils furent à l'origine des maisons de santé et de centres de cure prêtant à l'eau des marais des vertus apaisantes.

Intégrés au conseil de la ville en 1930, les White et les Johnson devinrent des membres incontournables de la communauté. Affaiblies, ces deux maisons ont perdu une grande partie de leurs membres, tous d'un âge avancé et qui ont fini par mourir. Malgré une bonne réputation, le passé des White soulève des interrogations, notamment au sujet des sanatorium qui sont entourés d'un épais mystère... Quant aux Johnson, le retour d'un vilain petit canard est source de regards sombres et de quolibets.

Aujourd'hui la famille se compose de Andrew White (1975-) kinésithérapeute et dernier membre par le sang de la maison après le décès de son grand-père, Terence White (1918-2007). Il épousa la bibliothécaire Sarah Johnson (1977-) en 1999, sœur cadette de Angela (1974-), la conseillère d'orientation. Toutes deux nièces de Marlee (1905-), passée pour leur sœur cadette auprès de la population, et ayant trouvé une place au garage aux abords de la ville.
CE TEXTE EST UNE PROMULGATION DE LA MAIRIE DE WILLOVILLE




Dernière édition par Verbis Diablo le Mar 10 Mai - 22:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Voir le profil de l'utilisateur


http://verbis-diablo.forumactif.org
▽ RAGOTS : 93
▽ ARRIVEE EN VILLE : 21/08/2015
▽ LOCALISATION : aux enfers.
MessageSujet: Re: les familles fondatrices Dim 8 Nov - 14:35
minors families
la patience est la mère de toutes les vertus.
Issus de la dernière vague de migrants de 1779, après la guerre civile, les Graham, Bishop, Weston et Basey ne sont que des réfugiés issus d'autres régions du sud ayant tenté leur chance à Willoville. Une chance qu'on ne leur donnât jamais puisqu'ils restèrent tous écartés du conseil de sa création en 1775 à sa révocation en 1930.

Si on ne peut pas égaler la flamboyance des Riley, la puissance immobilière des Hale ou encore le pouvoir des Moore, les Weston sont très certainement la famille mineure qui a le plus réussi à se faire sa place. Représentés par le directeur financier Emmett Weston (1981-) et de sa jumelle Alexia la présidente de l'association sportive de la ville. Ce fut leur rage de vaincre qui leur permis de s'élever durant les années 70. Ils alimentent une vive rivalité avec les Moore, voulant supplanter cette famille omniprésente en ville. En 2002, Kylie Weston, cousine de Emmett et Alexia, est agressée par son petit ami Jordan Basey avant de quitter la ville. Depuis cette époque les Weston vouent une haine terrible aux Basey.

Représentés par Stella (1989-) réceptionniste au motel Pivoine, dont Jordan Basey était le frère cadet. Accusé d'avoir agressé Kylie, il fut condamné et interné en hôpital psychiatrique à Fayetteville. Il mourut en 2003.

Un autre drame toucha une autre famille, celle de Bishop, elle aussi arrivée après la guerre civile. Berçant dans la médecine douce, les Bishop passèrent pendant très longtemps pour des sorciers et sorcières avant de finalement prendre le chemin de la religion aux côtés des Johnson. Paige Bishop (1995-), fleuriste et fiancée de Kylian Moore est la dernière descendante de cette famille. Cette maison a perdu en 2013 Ingrid, la sœur aînée de Paige, qui s'est suicidée.

On terminera sur les Graham, bruns ténébreux de la ville, éléments perturbateurs et rebelles des rues. Ils firent figure de moutons noirs dans la pieuse communauté de Willoville. Prenant leur essor de 1870 à 1930, ils participèrent activement aux nuits endiablées qui secouèrent l’îlot durant les années folles. Un esprit retors et débrouillard les fait passer pour des personnes peu recommandables qu'il faut mieux éviter. Officiellement athées, ils abordent les lois américaines avec panache et ont souvent des déboires avec la justice. Ils sont représentés par deux frères : Enzo (1987-) actuel coach sportif et pompier volontaire, et Balthazar (1980-) le gérant de la sulfureuse Maison rouge.







▽ ▽ ▽ ▽

Toutes ces familles sont extensibles. Vous pouvez vous-même y ajouter des membres sur demande à l'équipe administrative.
CE TEXTE EST UNE PROMULGATION DE LA MAIRIE DE WILLOVILLE


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: les familles fondatrices
Revenir en haut Aller en bas
 

les familles fondatrices

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Verbis Diablo :: Le bureau du maire :: le dépliant informatif-